Regards croisés sur l’Argentine

Dans le film La vereda de enfrente (Le trottoir d’en face), Antonin Alloggio explore la face outremer de ses origines qu’il doit à son père, Argentin. Nous avons décidé de le suivre dans sa proposition de présenter un programme culturel autour de l’Argentine. C’est dans le cadre de notre projet de diffusion « Faire des films, c’est bien, les montrer, c’est mieux » et en partenariat avec Coglais Communauté Marches de Bretagne que nous avons mis sur pieds ce focus « Regards croisés sur l’Argentine » au sein de la programmation du centre culturel du Coglais.

Au programme, nous retrouvons les personnages de La vereda de enfrente qui présenteront leurs créations. Pluridisciplinaires.

Deux expositions

Du 16 février au 21 mars 2015, deux expositions seront proposées

  • « Ce que racontent les murs » d’Anaïs Cador
    à la médiathèque de Saint Brice en Coglès.

Expo photo autour du graffiti. Un dialogue entre les murs de Rennes et les murs de Buenos Aires.

  • « Ideas y vueltas » de Roberto Cedrón
    à la médiathèque de Saint Marc le Blanc.

Né en 1947 à Buenos Aires, Roberto Cedrón vit en Bretagne depuis les années 1980 et aujourd’hui dans le port de Douarnenez comme artiste local. Le Buenos Aires qu’il évoque et qu’il peint est celui de ses souvenirs mélangé à son imaginaire, ses regrets, ses espoirs.

Une résidence de création

Vendredi 13 mars 2015 au Centre Culturel du Coglais à Montours
après deux périodes de résidence (en janvier et en mars)

  • « Cuadros de una exposición » de Manuel Cedrón

Un spectacle complet alliant musique, peinture, danse et vidéo. Pour ce projet Manuel Cedrón s’est entouré d’une équipe d’artistes de pratiques diverses.

Pendant la période de résidence, des rencontres avec le public seront organisées.

Projection + Rencontre

Samedi 21 février 2015

  • « La vereda de enfrente » de Antonin Alloggio

C’est après un premier voyage à Buenos Aires, en 2009, à l’âge de 20 ans qu’Antonin Alloggio a réalisé ce premier film en solo. En posant le pied dans ce nouveau monde, il avait en tête les souvenirs racontés par son père, il avait envie de marcher beaucoup, de manger de la viande et de la pizza et dans les mains une caméra.

  •  Vernissage des expositions et lancement officiel

Télécharger le programme complet de la saison culturelle dans le Coglais

GÉNÉRATIONS GALÈRES !

Depuis 2011, POINT BARRE accompagne Joël Martins Da Silva dans le développement d’un film recueillant la parole des jeunes. Ce travail de longue haleine à la rencontre des jeunes lui a permis de donner à entendre l’état d’esprit d’une jeunesse qui galère.

Pour permettre cette parole des jeunes sans filtre, une réflexion sur la forme a été nécessaire. Aussi, en 2014, le film peut enfin voir le jour dans sa version 52 minutes et le site generationsgaleres.net en devient la continuité.

Le film

La parole des jeunes sans filtre, sans fioritures et sans chichis, c’est la matière première du film. Guillaume, Jessy, Guéda et Marine, les quatre personnages racontent leurs quotidiens, leurs parcours et leurs envies… Souvent considérée par ses aînés comme « désabusée », « blasée », il s’avère, à l’écoute de ces témoignages, que la jeunesse peut-être lucide sur ce qui l’entoure.

Intégré au film, le rugissement de FAUVE, « Jeunesse Talking Blues », actualise et appuie le propos.


Durée : 52 minutes | Réalisation : Joël Martins Da Silva,  Point Barre.
Avec les soutiens de :
La Ville de Rennes – Conseil Général 35 – Rennes Métropole – DRJSCS – L’ACSÉ

Le webdocumentaire : www.generationsgaleres.net

Si bien le film donne la parole à quatre jeunes, ce site a pour vocation de permettre l’expression du plus grand nombre.

Pour la création de ce webdocumentaire, nous avons fait appel à Medhi Desfoux du studio Gelisma. Le site à la navigation singulière a vocation à évoluer dans le temps par l’ajout de témoignages d’autres jeunes, ainsi que d’informations ressources pour eux.

Petit à petit, avec cette démarche engagée,  nous espérons devenir un porte-voix de la jeunesse victime de la crise. C’est dans la diversité des points de vue qui seront exprimés par les jeunes, à propos de notre monde, que chacun de nous pourra se reconnaître…

Migrants-Clandestins

Après la fermeture du centre d’accueil de migrants de Sangatte par Nicolas Sarkozy, alors Ministre de l’Intérieur, les migrants continuent d’affluer dans la ville de Calais.
Leur objectif : rejoindre l’Eldorado britannique.
Amalgame linguistique transmis par les médias de masse, les migrants sont des clandestins, les clandestins sont des migrants. Deux mots pour deux lectures antinomiques d’une même situation d’urgence.

Né d’une collaboration entre le photographe François Legeait et le réalisateur Joël Martins Da Silva, ce film permet l’observation d’une situation toujours d’actualité.

Les tours parlent…

En 2009 et 2010, deux travaux de vidéo ont été réalisés autour de ce projet tâchant de mêler théâtre et étude sociologique. En quelque sorte à mi-chemin entre les deux disciplines, le film cherche non pas à expliquer dans une démarche pédagogique, mais à créer un pont tout en offrant la possibilité d’une troisième voie, ou peut-être, d’une troisième voix.
Ces deux films ne sont pas tout à fait des making-of. Ils ne le sont pas tout à fait, mais ils sont aussi un peu plus. Ce ne sont pas les personnes en charge de coordonner le projet qui ont été interrogées, mais aux participants que la parole a été donnée. Ce sont en effet ces jeunes qui sont au cœur du projet et qui en sont la sève.

12 et 30 minutes / PAL DV

2009 – 2010

en partenariat avec

KaliCo et TOPIK


Les tours parlent_un film par antonin_alloggio

Il était une foi…

Un film autour du TRO BREIZ 2013

Réalisation :  Antonin Alloggio et Loïc Riou.
sur une idée originale de Loïc Riou
documentaire de création

« tro breiz » signifie littéralement « tour de Bretagne ». Historiquement, le tro breiz est un pèlerinage catholique, mais aujourd’hui cette marche est ouverte à tous. Chaque année, une foule de marcheurs se réunit pour sillonner la Bretagne. Pour certains, le tro breiz est une aventure spirituelle, pour d’autres c’est l’occasion de faire le vide et le plein de grand air. C’est aussi un lieu d’échange, de convivialité et de rencontres.

Le film

Pour réaliser ce film, nous avons marché aux côtés des pèlerins et sommes allés à leur rencontre. Nous avons bien entendu filmé la marche, les paysages et quelques monuments remarquables, mais nous voulions également traiter une question de fond. 2013 a été déclarée « année de la foi » par l’ancien Pape et, en début de cette même année, un nouveau Pape a été élu. D’autre part, les indicateurs du monde entier sont au rouge et annoncent que la crise de ces dernières années va s’aggraver en 2013. Comment concilier ces deux enjeux : « 2013 nouveau sommet de la grande crise globale » et « 2013 année de la foi » ? En quoi croire ? Comment y croire ? Quelle foi dans un monde en crise? D’aucuns parlent même d’une crise de foi. C’est sur les chemins de Bretagne, auprès des pèlerins du tro breiz que nous avons voulu poser ces questions. Qui sont-ils, ces irréductibles bretons ? Pourquoi marchent-ils dans cette boucle armoricaine ? Que cherchent-ils et où vont-ils ? Quelle est leur quête ? En quoi ont-ils foi ?

Financement – Souscription

Pour financer notre projet de film sur cette aventure collective, nous avons décidé d’opter pour un système de souscription.Nous avons ainsi recueilli le soutien de près de 300 souscripteurs dont les noms figurent au générique de fin du film.
Les communes de Dol-de-Bretagne et de Saint-Malo, ainsi que les Communautés de communes du Pays de Dol-de-Bretagne et de Bretagne Romantique nous ont également apporté un soutien financier.

La vereda de enfrente


de Antonin Alloggio | 52 minutes / PAL DV | VOST français – argentin.
avec Miguel Ángel Alloggio, Roberto Cedrón, Manuel Cedrón, Pablo Nuñez, Greta Risa.

C’est après un premier voyage à Buenos Aires, en 2009, à l’âge de 20 ans qu’Antonin Alloggio a réalisé ce premier film en solo. En posant le pied dans ce nouveau monde, il avait en tête les souvenirs racontés par son père, il avait envie de marcher beaucoup, de manger de la viande et de la pizza et dans les mains une caméra.

Pour donner un sens à son envie, il a convié trois paires de personnages. Lui et son père, Argentin exilé en France depuis 1980 pour fuir la dictature des assassins. Roberto, exilé en Bretagne et son fils Manolo, musicien-bandonéoniste. Greta, argentine, comédienne à Paris et son fils Pablo, deux ans et bilingue de travers.

Entre Buenos Aires que nous explorons, Douarnenez où Roberto peint des bateaux et se hisse sur la pointe des pieds pour essayer d’entrevoir la capitale argentine, Lyon où Miguel travaille comme tapissier-décorateur, Genève où l’on rend visite à un illustre sage, ces six histoires d’exil à la fois tristes et heureuses sont celles de funambules ne sachant pas de quel côté pencher.

« La vereda de enfrente » c’est « Le trottoir d’en face ».

La rue en question est plus large que la plus large avenue du Monde. C’est l’Océan Atlantique + l’équateur.

D’un côté la France, de l’autre, l’Argentine.

OBJECTIF 24

OBJECTIF 24 est un projet de territoire développé et coordonné par Les Pratos, ferme artistique et culturelle ancrée au cœur de la communauté de communes de Bretagne Romantique, entre Rennes et Saint-Malo. Les acteurs culturels ruraux ont réussis leur pari ambitieux d’émulation et coordination d’énergie collective en donnant une véritable place centrale aux habitants des différentes communes du territoire. A partir de matériaux photos crées par un groupe d’une trentaine d’habitants, une exposition photo géante a été réalisée. Ce matériau initial a ensuite permis la mise en œuvre d’ateliers danse, arts plastiques et théâtre. Le projet s’est développé sur toute une année pour se clôturer par une grande soirée TV sous chapiteau de faux plateau direct pour de vrai.

Notre participation au projet a été de réaliser un making-of vivant. Nous avons ainsi suivi le projet depuis sa genèse jusqu’au déroulement de chacun des ateliers. Nos équipes ont également assuré la réalisation technique et logistique de l’émission finale.

Vila Da Marmeleira faz um filme !

Pendant l’été 2012, juste après avoir passé les épreuves du Bac, six jeunes rennais se rendent au Portugal pour réaliser un film sur le thème du voyage dans le petit village de Vila de Marmeleira. Durant les deux mois précédents cette semaine de tournage à l’étranger, ils ont été initiés aux techniques de l’audiovisuel avec deux vidéastes travaillant pour l’association POINT BARRE. Ils ont préparés leur voyage avec l’accompagnement de Jeunes à Travers le Monde.

Sur place, ils vont à la rencontre des habitants et le film prend forme.

30 minutes | PAL DV | 2012

Co-production:
POINT BARRE
Jeunes à Travers le Monde

Avec le soutien de :
Ville de Rennes
Cercle Paul Bert de Rennes
GAVM Grupo dos Amigos de Vila de Marmeleira
NUPAE
Casa do Povo

Réalisation :
Joël Martins Da Silva
Antonin Alloggio
avec la complicité de six jeunes rennais.

100 m² – video live painting

Filmée et projetée en direct, la performance du peintre est multipliée par celle des filmeurs, des vidéastes, des éclairagistes et des musiciens.

Une résidence au Liberté à Rennes a permis de faire naître en musique la face peinte de Jimi Hendrix.

C’est pas un travail pour toi !

Ce film retrace le parcours de cinq jeunes femmes se destinant à exercer des métiers traditionnellement occupés par des hommes. Elles ont entre 18 et 25 ans et vont vivre une expérience professionnelle à Bruxelles car, en France, elles ne trouvent pas de stage.

26 minutes | PAL DV | 2011

Co-production :
POINT BARRE
Jeunes à Travers le Monde
Mission Locale du bassin d’emploi de Rennes
Délégation au droits des femmes et à l’égalité

Réalisation :
Marine Viette, Manon Soulas, Bertille Cousin, Julie Rochefert, Mylène Chenard.
Encadrement technique :
Antonin Alloggio & Joël Martins Da Silva.